Nombre total de pages vues

mercredi 14 février 2018

La librairie Mots et Cie vous invite
à une rencontre exceptionnelle

avec Olivier BOURDEAUT
("En attendant Bojangles")

pour son nouveau roman
Pactum Salis
éditions finitude

Le mercredi 21 février à 18h30

Lecture par Valérie Schlée

Images intégrées 1

Très improbable, cette amitié entre un paludier misanthrope, ex-Parisien installé près de Guérande, et un agent immobilier ambitieux, prêt à tout pour « réussir ». Le premier mène une vie quasi monacale, déconnecté avec bonheur de toute technologie, tandis que le second gare avec fierté sa Porsche devant les boîtes de nuit. Liés à la fois par une promesse absurde et par une fascination réciproque, ils vont passer une semaine à tenter de s‘apprivoiser, au cœur des marais salants.

Olivier Bourdeaut est né au bord de l’Océan Atlantique en 1980. L’Education Nationale, refusant de comprendre ce qu’il voulait apprendre, lui rendit très vite sa liberté. Dès lors, grâce à l’absence lumineuse de télévision chez lui, il put lire beaucoup et rêvasser énormément.
Durant dix ans il  travailla dans l’immobilier allant de fiascos en échecs avec un enthousiasme constant.  Puis, pendant deux ans, il devint responsable d’une agence d’experts en plomb, responsable d’une assistante plus diplômée que lui et responsable de chasseurs de termites, mais les insectes achevèrent de ronger sa responsabilité. Il fut aussi ouvreur de robinets dans un hôpital, factotum dans une maison d’édition de livres scolaires – un comble – et cueilleur de fleur de sel de Guérande au Croisic, entre autres.
Il a toujours voulu écrire, En attendant Bojangles en est la première preuve disponible.

vendredi 2 février 2018

un passionnant entretien avec Valérie Schlée qui raconte ses joies, ses difficultés de lectrice publique dans l’Aude

http://vendangeslitteraires.overblog.com/2018/01/1976-2018-longue-vie-a-breves.html

Publié par Bernard Revel
1976-2018 : Longue vie à Brèves 
Martine et Daniel Delort s'entretiennent avec Hubert Haddad 
lors des Vendanges littéraires 2015 à Rivesaltes.
Elle était attachée de presse chez un grand éditeur. Il était imprimeur et poète. Ils ne se voyaient pas vieillir dans ces peaux. Ils ont quitté Paris, acheté un presbytère délabré dans un petit village de l’Aude et créé l’Atelier du Gué. Ils n’ont pas fait fortune. Ils n’ont jamais pu se reposer sur leurs lauriers. Ils sont en permanence sur la corde raide. Mais, au bout de 40 ans et des poussières, malgré les épreuves, le découragement, la lassitude, ils sont toujours là. Martine et Daniel Delort sont des rescapés dans la galaxie jadis foisonnante de l’édition qu’on disait marginale. Ils ont résisté au temps qui est l’ennemi des revues, aux lois économiques qui les avaient condamnés, aux modes qu’ils n’ont jamais suivies. Aujourd’hui, dans le monde de la nouvelle littéraire et du texte court, l’Atelier du Gué est une référence. Les débuts furent à la fois difficiles et exaltants.
Les Delort sortent le numéro 1 de la revue « Le Gué » en janvier 1976, quarante pages petit format, une couverture verte de facture artisanale et des textes critiques fleurant bon l’amateurisme. Servir de relais, d’intermédiaire, de pages ouvertes, tels sont les objectifs modestes du « Gué ». En même temps que la revue au rythme trimestriel, paraissent des recueils dont le premier, « Les nouvelles de Lisette », marque les débuts de Betty Duhamel, plume prometteuse que la mort a, malheureusement, fauchée trop tôt. De jeunes auteurs aussi différents que Philippe Cousin, Jacques Goulet, Pierre Bosc, Dominique Sierra, Jean-Pierre Andrevon entrent dans un catalogue où figurent également quelques noms prestigieux du passé : Jules Verne, Charles Cros, le Chinois Lou Sin.

Six ans plus tard, le Gué s’arrête pour céder la place à Brèves dont le numéro 1 paraît en juin 1981 : une élégante et sobre maquette réalisée par Jacques Gaïotti, cent pages, des illustrations et une ambition plus affirmée : « Le temps s’accélère. Parce qu’elle sait vivre à son rythme, la nouvelle sera le genre du siècle… C’est souvent par elle que se décide et s’invente la création littéraire. Brèves en sera un instrument. » La revue mêle l’actualité aux portraits et interviews d’écrivains (Alberto Manguel, Beatrix Beck, Jean-Claude Pirotte, Hubert Haddad, etc.) tout en restant « anthologie permanente de la nouvelle ». En même temps, l’Atelier du Gué publie des livres remarqués, à l’exemple du « Voyage sédentaire » du Mexicain Gonzalo Celorio, prix des Deux Océans 1997, des « Compagnons du verre à soif » de François Vignes, prix Georges Brassens 1998, et des excellents récits poétiques qui ont révélé Jabbar Yassin Hussin, auteur irakien ayant fui le régime de Saddam Hussein.
Paru en mai 2017, le numéro 110 de Brèves offre une anthologie en 174 pages de la nouvelle en Colombie aujourd’hui. La volonté d’aller voir ailleurs a toujours animé les Delort. Consacrée dès son numéro 2 à la nouvelle hongroise, la revue est devenue, au fil du temps, la fenêtre française ouverte sur tout ce qui, de la Norvège au Mexique, de l’Espagne à l’Autriche et tant d’autres pays, est représentatif d’une littérature en train de s’inventer.
Le numéro 111 qui vient de paraître donne la plume pour l’essentiel à des auteurs français. Un numéro qui revient de loin, tant les obstacles économiques sont presque insurmontables, mais il est là, riche de lectures étonnantes, grâce à la fidélité d’un noyau d’irréductibles abonnés. Il contient aussi un hommage à la grande nouvelliste Annie Saumont, décédée en janvier 2017, et un passionnant entretien avec Valérie Schlée qui raconte ses joies, ses difficultés de lectrice publique dans l’Aude et cite ces mots de Machado dans « Juan de Mairena » : « Il ne prétendait jamais, en lisant des vers ou de la prose, que l’on dise de lui : comme cet homme lit bien ! Mais au contraire : comme c’est bien ce que lit cet homme ! »
L’aventure de Brèves continue ! Avec Martine et Daniel Delort, ses fondateurs, une équipe de passionnés travaillant sur les numéros 112 et 113 qui paraîtront en 2018 et ses lecteurs, ceux de la première heure et ceux qui la découvrent, qui l’aiment, en parlent et la font vivre.
Bernard Revel

Brèves est en vente dans les bonnes librairies et par abonnement.
Brèves/Pour la nouvelle, 1 rue du Village, 11300 Villelongue d’Aude. Site internet : www.atelierdugue.com
L’Atelier du Gué vient d’éditer deux livres :
« Le retour de Babeuf » (116 pages, 10€) de Michel Ots dont un précédent livre « Plaire aux vaches » avait connu un joli succès.
« Douze et une nuits » (130 pages, 15€), recueil de nouvelles mises en pages et illustrées par les étudiants de l’école Estienne.


lundi 8 janvier 2018

Ma première lecture de l'année, et j'en suis très contente, sur le fil de la révolte, d'un certain féminisme, d'une critique incisive de la société, des sociétés... On y parlera aussi de ses autres romans, avec lecture à la clé.

Rencontre-dédicace avec Lola Lafon
Samedi 13 janvier à 17h30

Espace Louis Daudé à Bages (11100)
avec la librairie Libellis

Lecture par Valérie Schlée
Le samedi 13 janvier 2018 à partir de 17h30, Lola Lafon viendra présenter à l’Espace Louis Daudé à Bages son dernier roman, paru chez Actes Sud : Mercy Mary Patty. Cette rencontre, organisée par la Mairie de Bages en partenariat avec la librairie Libellis, sera ponctuée de lectures d’extraits du roman par Valérie Schlée. Entrée libre.
En février 1974, Patricia Hearst, petite-fille du célèbre magnat de la presse William Randolph Hearst, est enlevée contre rançon par un groupuscule révolutionnaire dont elle ne tarde pas à épouser la cause, à la stupéfaction générale de l’establishment qui s’empresse de conclure au lavage de cerveau.
Professeure invitée pour un an dans une petite ville des Landes, l’Américaine Gene Neveva se voit chargée de rédiger un rapport pour l’avocat de Patricia Hearst, dont le procès doit bientôt s’ouvrir à San Francisco. Un volumineux dossier sur l’affaire a été confié à Gene. Pour le dépouiller, elle s’assure la collaboration d’une étudiante, la timide Violaine, qui a exactement le même âge que l’accusée et pressent que Patricia n’est pas vraiment la victime manipulée que décrivent ses avocats...
Avec ce roman incandescent sur la rencontre décisive de trois femmes “kidnappées” par la résonance d’un événement mémorable, Lola Lafon s’empare d’une icône paradoxale de la “story” américaine pour tenter de saisir ce point de chavirement où l’on tourne le dos à ses origines. Servi par une écriture incisive, Mercy, Mary, Patty s’attache à l’instant du choix radical et aux procès au parfum d’exorcisme qu’on fait subir à celles qui désertent la route pour la rocaille.

vendredi 8 décembre 2017

Je pense certains immortels

Apprenant ce jour le décès d'Alain-Christophe Restrat en septembre dernier.
En creux, vous dire : Alain-Christophe lavait tous les jours les "choses" à l'eau d'aimer.
il écrivait : "tous ceux qui écrivent sont dans l'absence".
il m'écrivait : "vivez, comme vous, pas à la place d'une autre. Quand votre absence sera la vôtre vous ne distinguerez plus vivre-écrire d'écrire-vivre. des fois je vous vois dans mon absence"
Alain-Christophe était un homme, un vrai, comme il le disait d'Henri Michaux, un homme qui écrit, pas un écrivain. Et la tendresse qu'il déversait sans compter...
Il écrivait: "pas de poésie sans fragilité qui, comme l'amour, ne se partage pas, ou trop, ou mal, ou pas assez. Elle est soudaine ou constante, infime ou trop grande, parfois si aiguë qu'elle déborde le corps et elle est aussi le tout et le rien inséparés d'une présence-absence sans nom pourtant essentielle à notre respiration."
Il écrivait : "aujourd'hui je suis triste d'être triste sans savoir pourquoi je suis triste, ça me fait un nuage d'existence"
"Je ne sais plus si le mot amour prend un seul aime mais je sais que le mot toujours ne finit jamais son parcours et que le mot ombre fait toujours de l'ombre".
Alors oui, il écrivait encore : "il pleut toujours sur le cœur et sur le s.e.u.l. mais il fait toujours beau quand le dieu des mots fait son nid dans l'o de la poésie".
Je relis "Le cimetière", "Rien ne ressemble à écrire", "Départ dans l'affliction et le son vieux" et je termine avec "Autoportrait au silence", la présence-absence d'Alain-Christophe Restrat au creux de moi, à vous.




Poésie et textes brefs
Le Principe de la Mer, éditions Le Voleur de Talan, 1982
Quelque, éditions Le Voleur de Talan, 1983
Rien de Rimb, éditions à Passage, 1984
Passade, éditions Le Voleur de Talan, 1985
« ême » , éditions à Passage, 1985
Impasses absolues, éditions Flammarion, 1986
« ...rinçures » , éditions Le Voleur de Talan, 1987
Départ dam l'affliction et le son vieux, éditions Flammarion, 1992
« sans les mots » , éditions in Petite 5, 1998
« l'instinct de ciel » , éditions in La Polygraphe 1, 1998
Rien ne ressemble à écrire, G & g Ed., 1998
Autoportrait au silence, éditions cipM / Spectres Familiers, 2000
Carnet fragile, G & g Ed., 2002

Livres illustrés et livres d'artistes
Cœur d’eau, avec 8 gravures de G. Celan, éditions Clivages, 1980
« ême » , avec interventions de Sophie, éditions à Passage, 1985
le Cimetière, avec 8 dessins de M. Meïer, éditions Harpo& 2001
pouèzie, avec peintures de Joël Leick, éditions L’Attentive, 2003
rien que du papier, avec dessins d’Isabelle Cavalleri, éditions Le Temps volé, 2005
Sarah, avec peintures de Jörg Langhans, éditions Le Temps volé, 2005
Sait si bon, avec dessins de C. Steinnetz, éditions Hôtel Rivet, 2006

Livres réalisés à la main
Si peu si rien, livres manuscrits peint par Alain Suby, en 6 exemplaires, avril 2005
Chaque exemplaire avec 8 pages manuscrites et 11 interventions peintes par Alain Suby

Fragment, livres manuscrits peint par Alain Suby, en 6 exemplaires, avril 2005
Comportant emboîtage en papier et couverture intérieure, en bois entièrement manuscrit et accompagné d’interventions peintes par Alain Suby

Toujours cette ombre…, livres manuscrits peint par Yves Reynier, en 6 exemplaires, avril 2005

mardi 5 décembre 2017

C'est maintenant !

 
Un cadeau pour soi, pour un(e) autre, pour plein d'autres !
Le dernier Brèves dont le maître-mot est intuition  
m'accueille pour un entretien avec Martine Delort. 
On y parle lecture, écriture, nouvelles...

Il suffit de le commander à votre libraire ou directement à Brèves.

Belle lecture à vous